AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Info utile : Liste des options disponibles sur Exotic
~> Ils sont disponibles pour un rp : Demandes de RP <~

Partagez | .
 

 Abigaëlle | << Il est doux de perdre la conscience de ses malheurs >>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abigaëlle
avatar
---
Messages : 16
Jetons Privilège : 5
Date d'inscription : 21/12/2015

Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Age : 22
Statut : Libertine Célibataire

RPCB? : Oui
Moyenne RP : Beaucoup ~ Dépend de la personne

MessageSujet: Abigaëlle | << Il est doux de perdre la conscience de ses malheurs >>   Lun 28 Déc - 11:57


"Stun" Abigaëlle

<< Un mort n'a pas besoin d'être tué deux fois. >> Antigone, Sophocle


" - And so, I'm your new boss. Khar.
- Hmm, please ? Yeah. Khar ? Just like ... a car, right ? You write it like a Wolswagen or ? I mean, are you a transformer ? I think it's an important question to argue about, if we want to have a quite normal relationship, you see. Maybe you have other secrets you want to share with us, sir ?"


<< Contre la nécessité la lutte est sans espoir. >> Antigone, Sophocle

" - La première chose à faire, c'est de choisir ta victime. Regarde bien les différentes personnes. Prends la plus éloignée, la plus solitaire. Imagine toi ce qui peut se passer dans son cerveau, pense pareil qu'elle, respire comme elle. Rentre dans sa peau. Fixe là. Essaie doucement de découvrir chaque parcelle de son corps, de son visage, chaque ride autour de ses yeux, la couleur de ses prunelles. Est-ce que tu sens son souffle contre ta gorge ? Est-ce que tu sens l'odeur fraiche qui s'échappe de sa peau ?
- Ouais. Ouais, je sens tout ça.
- C'est bien. Tout ça doit se passer au fil de quelques secondes seulement. Tu dois t'imprégner de sa personne. Et tu dois la haïr. Chaque millimètre de ce corps, tu dois le haïr. Chaque souffle qu'il expire avec ce parfum enivrant, tu dois les exécrer. Et maintenant, met le en joue. Allez. Vas-y. Tu le détestes, tu peux le viser. Ton souffle doit être profond mais lent. Comme lors d'une colère envahissante que tu sais gérer. Mais une colère qui gratte ton estomac, une rage qui est prête à te trouver le ventre pour sortir. Elle doit s'extirper de ton corps par cette balle. Vise. Ne réfléchis plus. Utilise juste la colère que tu crées pour viser. Retiens ton souffle. Bat des cils une fois. Appuie sur la gâchette.
- Et boum."


<< Tout est possible quand un dieu s'en mêle >> Ajax, Sophocle

Le crane été troué d'une balle, en son centre. Il a les yeux noisettes. Il y a encore un souffle de vie dans ces yeux marrons. Le soleil voilé se reflète encore dans ces yeux boueux. Le contour de la plaie est brûlé par l'entrée de la balle. Elle ne pouvait pas détester ce corps juvénile. Elle avait encore le souffle coupé par la rage. Mais c'était une rage faussée, une rage inventée. Elle n'arrivait pas à haïr ce corps froissé de pantin mort. Elle glissa deux doigts sur chacune des paupières de l'inconnu pour fermer ses yeux sombres, accusateurs. Elle fixait ses lèvres charnues, rouges, dont s'échappait un filet andrinople qui se mêlait lentement à la flaque écarlate sous l'homme. Le linceul de sang envahissait doucement la scène. Elle ne pouvait pas haïr, elle ne pouvait pas exécrer. Elle avait vu le soleil qui brillait sur le bijou. Elle avait faillit fermer les yeux en tirant à cause de cet argent purificateur. Elle s'accroupit et glissa ses doigts mordus par le froid sur la gorge du jeune homme.
" Liszt "
C'était tout. C'était court. C'était un nom. Une simple gourmette. Ce fut suffisant pour fractionner son coeur en morceau. Elle tira sur la chaine d'un mouvement vif, le cou immobile se relevant comme parcouru d'un spasme qu'elle lui avait insufflé. Elle garda la gourmette dans sa main, un trésor de souffrance. Lentement elle se releva et glissa une main dans sa poche pour sortir son paquet de cigarette.

Sa première victime. La gourmette sautille encore contre sa poitrine. La chaine est trop longue et les lettres se mélangent à la douceur de ses lourds seins.


<< Contempler sa propre misère, lorsqu'on ne peut s'en prendre qu'à soi, exaspère la douleur >> Ajax, Sophocle

" - Tu sais, Fred, j'pense qu'il n'y a rien de pire que la vérité.
- Mmm ?
- La réalité est personnelle, elle peut changer en fonction des gens qui la vois, la réalité est subjective. Alors que la vérité, une fois écrite dans le marbre des pensées, elle devient parole divine. La vérité est une putain de mascarade qui peut faire passer un Roi pour un Bouffon. La réalité elle montrerait à quel point le Bouffon est meilleur souverain que le Roi, tu vois ?
- Tu as bu, Ab' ?
- Tu comprends pas où je veux en venir.
- Non, effectivement, je ne comprends pas. Mais tu sais que je suis là pour ton cul ? Pas pour tes délires philosophiques à la con.
- Justement ! La vérité qui a été dite c'était que j'étais la policière la plus pute de Los Angeles, non ?
- Heu... Ouais. Ouais, effectivement. Slutty Stun qu'ils t'appellent dans le coin.
- La réalité, c'est que les plus salopes, c'est vous, à venir chercher ma petite chatte. C'est ma réalité, tu vois. La tienne, c'est que t'as envie de me sauter contre le bureau pour que j'ai ta queue bien profondément dans la gorge. Tu saisis ?
- Putain ferme là et suce moi.
- Mais la réalité, c'est que t'es vraiment con et que t'as une petite bite.
- D'quoi ? Tu délires grave en fait.
- Allez bouge de ma piaule, Slutty Stun va aller exercer sa réalité envers d'autres queues parce que la tienne est vraiment ridicule."


<< La vérité, fût-elle douloureuse, ne peut blesser que pour guérir. >> Voyage au Congo, Gide

Son corps se plia doucement en deux dans un élan profond, alors qu'un long soupir lui échappait, brûlant de luxure et de plaisir. La main de Dean tremble sur la fesse galbée d'Abigaëlle et se lève pour claquer la peau, sèchement. Un cri de plaisir plus aigu encore lui échappe alors qu'elle creuse encore plus la cambrure de son dos, tous les muscles de son corps se contractant sous un spasme brutal qui parcourt son corps fragile. Ses cheveux mi longs détachés balayaient son dos, s'emmêlant à la sueur de leurs ébats, sa poitrine venant s'écraser sur le torse brûlant de l'homme en dessous d'elle. Toujours ancré entre ses cuisses, elle continuait d'onduler son corps en se relevant, dévoilant de nouveau aux yeux de son amant la courbe de ses seins, quelques bijoux tressautant au rythme de ses gémissements et de ses coups de reins. Le cliquetis de l'argent se mêle aux froissements des draps, aux souffles rapides et fiévreux, aux grognements de luxure. Il vient poser ses mains dans les reins de la belle policière, se relevant doucement sur les coudes pour venir donner un long coup de langue sur la peau du ventre de Stun qui frémit. Il attrape entre ses dents la piercing sur le téton en forme de croix et tire un peu dessus, joueur. Le cri de plaisir fend l'air. " HAN KHAR PUTAIN !" La gifle lui fait perdre l'équilibre, elle s'écroule sur le lit. Deux ans de relation, balayé par un cri de jouissance. Dean la laissera ce soir là, après avoir crié, hurlé, beuglé à travers tout l'appartement. Haletante, le regard fixé au plafond blanc de son appartement neuf, un sourire vague aux lèvres. "Khar..."


<< Tout ce que nous ne pouvons pas toucher nous désole. >> Les nouvelles nourritures, Gide

La main sur son arme de service, elle laisse tomber le cadavre de sa cigarette au sol, regardant la grande avenue déserte. Los Angeles, 4h du matin.
Il fait nuit, il fait sombre. Elle est seule. Elle souffle. Puis lentement claque des doigts. Une fois, deux fois, trois fois. Un silence. Puis deux fois rapide. Un homme apparait.
" - Hello, Stun. Long' qu'on t'as plus vu, tiens.
- Ouais. La vie va et vient.
- Ta dose j'imagine ? Putain ma belle, t'es encore plus chaude qu'avant.
- Double la dose, mon p'tit loup.
- T'as de quoi payé, j'espère ? Mes prix ont augmenté.
- Je pensais payer comme avant, je suis sûre que ça te manque.
- J'suis casée, ma belle, ça va pas le faire." Le ton se fait langoureux. Doucement le miel glisse dans la gorge de la belle brune et elle se rapproche du dealeur en le bloquant contre le mur. Il se laisse faire avec un demi sourire, sa main venant palper sa fesse, remontant sur sa hanche droite.
" - Caser ? Sérieusement ? C'est triste, ça..." Ses lèvres s'entrouvrent doucement, le bout curieux de sa langue s'en extirpe pour venir parcourir la veine de la gorge du dealeur, lentement. Il remonte encore sa main sur son dos, la plaquant à lui.
" - Double dose, double prix, Stun." Il claque des doigts. Elle esquisse un sourire amusé, largement moqueur, ses dents fauchant la gorge du sombre jeune homme dans une morsure qui se métamorphose en un suçon des plus possessifs. "T'es sérieuse ?!
- Chut... File la came et laisse moi faire." Elle frémit légèrement en sentant les mains sur ses épaules du second dealeur qui retirent sa veste. Elle recule de quelques pas, tournant sur elle-même pour embrasser le second homme. Un inconnu. Mais elle en a rien à faire, elle a envie maintenant. Elle retire le T-Shirt du dealeur, sentant son chemisier être déboutonné fébrilement.


<< Je n'aime pas les hommes ; j'aime ce qui les dévore. >> Prométhée mal enchainé, Gide

Elle pousse la porte de la chambre, la main tremblante, le souffle haletant. Sa bouche est pâteuse, ses gestes sont nerveux. Et il est là. Une clope au bec, une main feuilletant le livre abandonné sur le lit. Elle hausse un sourcil, claquant la porte derrière elle, laissant tomber un à un son uniforme de policière.
" - Qu'est-ce que tu fous là ?
- Tu me connais ?
- Je suis flic, coco. Bouge ton cul de mon lit avant de l'imprégner de ta sale odeur de came.
- Tu travailles sur moi. Je le sais.
- Peut-être bien. Putain bouge ton cul ou je t'enfonce mon poing dans la gorge jusqu'à ce que tu vomisses tes intestins.
- Calme toi, flicette.
- Stun.
- Calme toi, Stun. Vous travaillez sur la mafia dans laquelle je suis. Je suis infiltré. Je suis agent à la CIA.
- Sérieux ? Va raconter ce bobard à mon boss, et on en reparle. TON CUL BORDEL !" La claque part. Il l'arrête en attrapant le poignet de la policière. Elle le fixe, prise d'un long frisson, avalant très doucement sa salive. Il sort une plaque. Elle retire son poignet d'un geste sec, attrapant la plaque pour l'observer. Elle la sort du plastique, glissant l'index de son pouce contre la photo. Elle grogne.
" - Qu'est ce la CIA fait là ?
- Infiltration pour gagner sur l'argent des mafieux et connaître les alliances. Il faut que vous arrêtiez la mission. Totalement.
- On a bossé dessus plus de 3 mois. C'est mort.
- Ils vont vous écraser.
- On est préparés.
- Je les mettrais au courant. J'ai besoin de continuer mon infiltration, on a pas encore toutes les informations.
- T'es sérieux, là ? J'appelle Khar."

Il l'attrape de nouveau, collant ses lèvres aux siennes, puissamment. Le souffle coupé, elle essaie de se relever, de casser ce baiser langoureux, brutal. La tentation. Putain de faiblesse sexuelle. Elle se relève, il l'attrape par les hanches et lui embrasse le ventre.
" - Mais c'quoi ton problème là ?! Connard, va te faire enculer.
- On parlera du reste après, j'ai juste envie de te baiser. Vous attaquez bien demain ?
- Hein ?" Il lui enlève son pantalon, descend son shorty, vient perdre son visage entre les cuisses de la policière qui se cambre en arrière dans un gémissement de plaisir curieux. Elle ferme les yeux, alors que la langue du mafieux, du policier, elle ne sait plus, elle sait juste que sa langue la titille, la caline, la rend folle, découvrant ses chaires les plus sensibles.
" - Vous comptez bien attaquer demain ?
- Mrm.. Han.. Pour que tu leurs dises ?
- J'déconnais. Pour pas y être espèce d'idiote. Je m'infiltrerai ailleurs...
- Rhan.. Putain, ta mère ! Ouais. Demain.. 23h40, on entre.
- Bien, bien, bien..."


<< La sagesse n'est pas dans la raison, mais dans l'amour. >>


Trois balles dans le corps. Il l'a regardé du haut de son sourire charmant. Elle n'a jamais su s'il était vraiment un agent infiltré, comment il avait eu son adresse, ce qui c'était vraiment passé. Elle a juste pensé à Khar.

Désolée. J'ai merdé, boss.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigaëlle
avatar
---
Messages : 16
Jetons Privilège : 5
Date d'inscription : 21/12/2015

Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Age : 22
Statut : Libertine Célibataire

RPCB? : Oui
Moyenne RP : Beaucoup ~ Dépend de la personne

MessageSujet: Re: Abigaëlle | << Il est doux de perdre la conscience de ses malheurs >>   Lun 28 Déc - 11:57

Amicaux



Nom & Prénom
Texte de présentation de la relation.

Nom & Prénom
Texte de présentation de la relation.

Nom & Prénom
Texte de présentation de la relation.


Ennemis



Nom & Prénom
Texte de présentation de la relation.

Nom & Prénom
Texte de présentation de la relation.

Nom & Prénom
Texte de présentation de la relation.


Louches



Nom & Prénom
Texte de présentation de la relation.

Nom & Prénom
Texte de présentation de la relation.

Nom & Prénom
Texte de présentation de la relation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigaëlle
avatar
---
Messages : 16
Jetons Privilège : 5
Date d'inscription : 21/12/2015

Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Age : 22
Statut : Libertine Célibataire

RPCB? : Oui
Moyenne RP : Beaucoup ~ Dépend de la personne

MessageSujet: Re: Abigaëlle | << Il est doux de perdre la conscience de ses malheurs >>   Lun 28 Déc - 11:57

DONC !

Comme vous l'aurez vu... Abigaelle Stun est très étonnante. Et perverse.

Je cherche deux liens/RP.

1) Fuck you ~ Un homme qui se ferait passer pour Lizst, son premier assassinat. Soirée au bar, bourrée Abi vous parle de cet homme dont elle regrette amèrement la mort, et ferait tout pour se faire pardonner. Vous êtes mal intentionné et manipulateur, voilà votre chance. Prenez la place du malheureux Lizst pour la faire chanter, souffrir et vous dévoiler ses secrets (crier de plaisir si H)~

2) Dirty Boy ~ Pris en flagrant délit d'un quelconque délit mineur, la policière vous a choisit pour être le divertissement de la soirée. Même si les rôles pourraient s'échanger.

Ces deux rp peuvent mener a des liens. Cependant, dans le Futur Abi risque de se calmer un peu.

Si des envies et idées vous viennent je suis toute ouverte !

IMPORTANT : je cherche un RP à trois, deux mecs/Aby. A voir dans quel contexte, mais ciblé Hentai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigaëlle
avatar
---
Messages : 16
Jetons Privilège : 5
Date d'inscription : 21/12/2015

Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Age : 22
Statut : Libertine Célibataire

RPCB? : Oui
Moyenne RP : Beaucoup ~ Dépend de la personne

MessageSujet: Re: Abigaëlle | << Il est doux de perdre la conscience de ses malheurs >>   Mar 29 Déc - 0:10

Et voilà c'est ouvert !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Abigaëlle | << Il est doux de perdre la conscience de ses malheurs >>   Mar 29 Déc - 15:06

Mouhahaha. Prems o/

Alooooooooors en soit, Len n'est pas vilain garçon, cependant il s'accorde parfois de tout petit écarts. Donc je serais partant pour me proposer pour la deuxième trame ^^
Ou alors, pour le rp à Trois, à voir la trame selon l'autre personne ^^
Revenir en haut Aller en bas
Abigaëlle
avatar
---
Messages : 16
Jetons Privilège : 5
Date d'inscription : 21/12/2015

Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Age : 22
Statut : Libertine Célibataire

RPCB? : Oui
Moyenne RP : Beaucoup ~ Dépend de la personne

MessageSujet: Re: Abigaëlle | << Il est doux de perdre la conscience de ses malheurs >>   Mar 29 Déc - 21:43

Hayyyy !

On attend un peu voir si le rp à trois se remplie d'une seconde personne ? Ca me semblerait bien franchement ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Abigaëlle | << Il est doux de perdre la conscience de ses malheurs >>   

Revenir en haut Aller en bas
 

Abigaëlle | << Il est doux de perdre la conscience de ses malheurs >>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exotic :: Pour une vie de délices après la mort :: Centre d'accueil post-mortem :: Fiches de relations-